Les Français investissent dans la pierre parce que c’est rentable fiscalement

D’après une étude réalisée par Crédit Foncier, les Français choisiraient la pierre comme principal placement à cause des réductions d’impôts qui en découlent.

La pierre : investissement préféré des Français

L’immobilier est le centre d’investissement préféré des Français lorsqu’ils sont en possession d’une certaine somme, à en croire les statistiques du Crédit Foncier ; 56% de leurs clients préfèrent investir dans l’immobilier plutôt que dans l’épargne bancaire ou les investissements en bourse. Leur principale motivation pour cette option n’est autre que les réductions d’impôts. D’après un sondage du Crédit Foncier, les particuliers ayant investi dans la pierre l’ont fait parce que l’immobilier leur permet de bénéficier de conséquentes réductions fiscales.
Une autre raison pour laquelle les ménages français placent leur argent dans l’immobilier  réside dans le fait qu’ils peuvent avoir un revenu de plus quand sonne l’heure de la retraite. C’est le cas pour 59% des personnes interrogées et qui investissent dans l’immobilier ancien. Une minorité affirme investir dans la pierre dans le but de se constituer un patrimoine.

Une moyenne d’âge de 46 ans

En fonction de ce sondage, le Crédit Foncier a pu dresser un portrait type de l’investisseur. Ainsi, ce dernier aurait des revenus estimés à 65680 euros en moyenne. Il est âgé de plus ou moins 46 ans, étant donné que presque 4 investisseurs sur 10 ont atteint ou dépassé la cinquantaine. Quant au type de bien acheté, il s’agit généralement d’un appartement T2 de 53m², dont le prix avoisine les 163000 euros.

Les Français réticents à l’idée de refaire un investissement locatif

Toujours d’après cette étude du Crédit Foncier, les Français sont majoritairement satisfaits de leur placement immobilier. Toutefois, lorsque les enquêteurs leur ont demandé s’ils voulaient renouveler l’expérience, ils n’ont été qu’un tiers à répondre par l’affirmative. Les autres ont déclaré ne plus vouloir se lancer dans ce type de placement à l’avenir, pour diverses raisons : incertitudes sur la conjoncture économique, craintes de surendettement. 8 sondés sur 10 ont déclaré que la fiscalité des plus-values immobilières représentait pour eux un facteur décourageant pour ce type d’investissement.

Publié dans Défiscalisation | Commentaires fermés

Les commentaires sont fermés.